Corporate Finance et Haut Potentiel

Introduction

oin de là, le moral des talents surdoués* au sein des organisations n'est pas qu'un enjeu humain, notamment lorsque l'on parle du moral des surdoués proches de la direction qui ont par ailleurs fait leurs preuves par le passé.

J'évoque dans d'autres articles pourquoi l'intégration et l'inclusion des surdoués favorise l'intelligence collective, et un vrai vivre ensemble. Ici, nous allons nous focaliser sur les aspects stratégiques et financiers.

 

Cet article est destiné à tout un chacun, et particulièrement aux spécialistes de la finance et de la stratégie d'entreprise, aux investisseurs, aux acteurs du changement (restructuration, fusion) et aux équipes de direction.

 

Je l'écris sur ce site, sous la marque Matthieu Lassagne Coaching Stratégique, qui reste dans le cadre de l'état d'esprit de la marque Coaching & Douance, tout en étant plus dédiée à l'accompagnement des organisations dans leur ensemble, l'accompagnement d'équipes et de dirigeants de tous les traits de personnalité.

 

Vous connaissez l'état d'esprit de mes articles : en posture coach, je vous livre mes avis, intuitions, ressentis, sans aucunement prétendre énoncer des vérités, à vous, spécialistes, chercheurs, décideurs, de prendre de ces lignes ce qui vous apporte, de laisser ce qui ne vous parle pas, et de trouver vos propres réponses dans votre contexte spécifique.

 

* surdoué = dans le cadre de ce post, sensibilité dans la perception, empathie forte et équilibrée, pensée rapide, multiple et complexe, pensée intuitive ET/OU séquentielle + équilibre psychique, bon niveau de développement personnel et a fait ses preuves dans sa capacité à diriger des missions complexes

 

Note : pensez à vous abonner à mes articles sur Linkedin + lire les slides présentés en conférence très liés à ce sujet

 

 

Le moral des surdoués mesure de la rentabilité de l'entreprise à moyen et à long terme ?

 

Il me semble que le moral des surdoués révèle la performance future de l'entreprise si elle poursuit sa stratégie, si elle conserve la même culture et la même manière de travailler.

 

Un environnement concurrentiel devenu...surdoué

 

Le surdoué est comme l'environnement concurrentiel de l'entreprise : il est rapide, intense, complexe, changeant, il bouscule les idées préconçues, se pose en contradicteur des certitudes.

 

Ainsi, bien souvent, quand l'organisation a un problème avec ses talents surdoués, il me semble que cela reflète le fait qu'elle a un problème avec le monde d'aujourd'hui, un monde qui ignore tout de nos croyances individuelles, un monde qui avancera, avec ou sans nous, un monde rapide, changeant, disruptif, complexe, un monde redoutable si l'on reste figé, un monde passionnant si l'on trouve la force en tant qu'organisation d'oser se poser en leader et d'être à l'origine des disruptions plutôt que de les subir.

 

Nous parlons du moral de personnes naturellement innovantes et transformantes

 

La moral négatif de ces personnes facteurs de transformation (terme quasi synonyme de douance) me semble révéler simplement l'incapacité d'une organisation à se transformer.

 

J'observe très souvent et très concrètement à quel point un surdoué non payé en rapport avec ses résultats, à l'étroit dans son poste, qui subit l'effet plafond de verre car au dessus c'est l'entre-soi, souvent victime d'un N+1 à tendance pervers narcissique (et bien évidemment apparemment irréprochable), révèle avec une grande fidélité - par son moral, sa condition - l'incapacité de l'organisation à accueillir avec flexibilité son environnement, l'incapacité à bouger, à innover, à créer, à se renouveler, une posture figée extrêmement risquée sur le plan financier; Risquée également pour les investisseurs, actionnaires, qui s'ils pouvaient observer ce qui se passe en interne, trouveraient insupportable de voir des talents proposer des innovations absolument stratégiques...refoulés car ils n'ont pas le réseau, la visibilité, l'art de faire de la politique.

Le surdoué, ce facteur de transformation, dont le moral est révélateur de la capacité du groupe à se transformer

 

Derrière le terme plus visible de "surdoué", on convoque en réalité sans le savoir les concepts d'intensité de perception (acuité) et de complexité de raisonnement, en référence aux théories des systèmes vivants et aux mathématiques.

 

Au sein de l'organisation, les personnes, équipes, systèmes surdoués ont la capacité de percevoir le problème et d'avoir X options pour le résoudre (flexibilité mentale, remise en question, pensée divergente et multiple).

 

Alors qu'est-ce que cela signifie quand le moral des talents surdoués est négatif (y compris ceux proches du board) ? Cela signifie que les processus de pensées complexes vont mal au sein de l'organisation, ce qui souligne sa posture figée dans un environnement complexe et à évolution rapide, et donc un potentiel désavantage concurrentiel et une potentielle baisse des ratios de rentabilité.

 

Tout peut aller très bien pendant des années, tant que c'est pareil chez les concurrents, que le marché est stable, et que ce qui se joue en interne ne se voit pas trop. Puis à un moment donné c'est le Cygne noir, l'incompréhension, l'étonnement, parfois la fin d'une organisation (Arthur Andersen), voir de systèmes entiers (2008 et le système bancaire).

 

Le surdoué, un élément structurant dont le moral en berne révèle la dangereuse déstructuration

 

Nous savons que la complexité a besoin de stabilité pour se structurer (Cf. baisse de l'agitation thermique qui a pu faire émerger la vie). Cela nous montre que l'impossibilité d'élaborer des stratégies complexes au sein de l'organisation pour faire face à l'environnement reflète la présence de facteurs aléatoires dans les processus de l'entreprise, et dans les relations entre les personnes (jeux relationnels d'Eric Berne). C'est là un point fondamental que les boards doivent conscientiser.

 

 

Surdoué en difficulté ?= Risque de Contrôle Interne

 

Cette agitation thermique, ce sont les jeux politiques non connus de tous, y compris des investisseurs/actionnaires, les connivences avec des organismes externes, l'abandon du projet d'entreprise par les collaborateurs qui se figent dans la protection individuelle pour faire face à cette insécurité, sur fond souvent d'absence de vraie stratégie, de vision, de direction.

 

Cette agitation thermique qui détruit le talent surdoué, me semble aussi révéler des aspects bien plus graves que le risque financier à moyen terme : le risque de fraude, les risques légaux et de sécurité crèvent le plafond. Pourquoi ? Le talent surdoué est typiquement celui qui va poser les questions qui dérangent, identifier des zones de risque que personne ne veut voir, car il ne peut s'empêcher - c'est inné chez lui - de mettre en cohérence, de mettre en harmonie, de structurer (structure = sécurité => émergence de la complexité => pensée collective complexe et adaptation à l'environnement).

Lorsque le moral des surdoués est positif

 

A l'inverse, quand la pensée complexe et long terme est possible, cela signifie que l'impression de sécurité est suffisante pour que chacun se concentre sur ce dans quoi il est le meilleur, sur son job, ses missions, cela signifie que l'on peut oser la cohésion, oser le vivre ensemble, oser l'intimité professionnelle : plus de pervers narcissiques ou de personnes à tendance psychotique pour en profiter, conscience que des processus sont là pour maintenir l'ordre et la sécurité.

 

Et c'est pour cela que je dis que libérer les potentiels des personnes surdouées se fera vraiment au bénéfice de tous ET surtout au bénéfice de la seule intelligence que l'on puisse qualifier de supérieure : l'intelligence collective, la vraie, qui existe et correspond à une manière bien précise de travailler.

 

Ainsi, intuitivement, logiquement, le moral des Hauts Potentiels me semble révélateur du succès futur d'une organisation, il peut de plus selon moi être mesuré sans désigner qui que ce soit par des méthodes compatibles avec l'éthique et la culture d'entreprise, et intégrés dans les paramètres financiers et les valorisations boursières.

 

Conclusion

 

Le moral des talents surdoués (ou des quelques talents surdoués clés dans le groupe), constitue selon moi un formidable indicateur, utile pour le management, l'évaluation du contrôle interne et la valorisation financière.

 

Cela nous permettrait de mesurer enfin la complexité d'un système vivant que constitue une entreprise, dont découle tout le reste, c'est à dire non seulement la performance financière, mais de fait l'impact sociétal et environnemental.

 

Est-ce que tout cela est vrai ou faux ? Je suis coach, je crois en mon métier, et c'est pas mon rôle de prétendre répondre à cette question.

 

Simplement la question est posée, la question se sait de plus en plus, et nous devons libérer la parole sur cette question, l'envisager, l'étudier. Ou c'est elle qui agira sur nous.

 

 

Bien à vous tous,

 

Matthieu Lassagne

Coaching de dirigeants - Accompagnement d'organisations - spécialisation HPI/E

 

 

 

Conseils de lecture en lien avec ce sujet

 

Harvard Business Review - Hiring For Smarts

Harvard Business Review - Hors Série le Must du Management

Slides que j'utilise lors de conférences sur le Haut Potentiel